Joël Témoigne action

Je m’appelle Schmit Joël, j’ai 51 ans, marié, 3 enfants, j’habite à Tronquoy commune de Neufchâteau, un petit village de la province de Luxembourg en Belgique.

J’ai été diagnostiquer officiellement de la SLA en juillet 2010. Tout a commencer fin 2008, début 2009 par une fatigue générale que je mettais sur le compte de mon métier de carreleur chapiste.

Durant le premier semestre 2009, mon genou droit se dérobait de temps en temps et une petite difficulté a marché est apparue, en juillet 2009, mon épouse me fait remarqué que je marchait en peu bizarrement de mon pied droit,

je lui ai répondu que c’était sûrement la fatigue et que après les congés payé ca irait mieux. J’ai repris le travail mais la fatigue n’était pas partie et le steppage au pied droit s’était accentué qui rendait la marche encore plus difficile.

Début décembre 2009, un mal de dos très violent m’oblige a stopper le travail, je passe ma première radio qui ne décèle rien d’anormal mais mon médecin s’inquiète de mon steppage au pied droit et me dirige vers un neurologue à l’hôpital de Libramont ou il me fait des examens mais je vois bien qu’il tâtonne et de plus est très difficile a contacter, mon état physique continue a décliner et je prend la décision en Mai 2010 de me rendre aux urgences à l’ hôpital de l’ UCL de Mont- Godine, près de Namur, après quelles discutions, ils décident de m’hospitaliser 4 jours pour refaire tous les examens, Radio, Irm, Ponction lombaires, EMG. Résultat des 4 jours , “ suspicion d’une atteint périphérique de la corne antérieure “ autrement dit la SLA mais que je devait attendre 3 mois pour refaire un EMG et éventuellement confirmé le diagnostique, ce que mon neurologue me confirma “ assez crument d’ailleurs “ le 10 juillet 2010.

Les premiers temps ont été assez difficile, il a fallu pouvoir digérer l’annonce de la maladie et le parcourt du combattant a commencer point de vue travail, j’était travailleur transfrontalier, je travaillait au Grand Duché de Luxembourg et donc je dépendait de leur caisse de maladie, je ne te raconte pas tout les détails parce que c’est un peu long et parsemé de beaucoup d’épisode assez long et fatiguant ( si tu veut les explications, je peut le faire a part ). Bref, au bout de 1ans et demi de combat,” je suis rester quand même 10 mois sans revenus”le volet administratif était fini . Entre temps, j’ai du réaménager la maison, construction d’un chambre au rez de chaussée, aménagé la salle de bain, wc, agrandir des portes, aménager une rampe extérieure à l’arrière de la maison ect !! Après tout cela, la question était de savoir quoi faire ? Je me suis mis a faire mon arbre généalogique et je me suis pris au jeu et je continue dans ce domaine, je m’intéresse a l’histoire de mon village et de ma commune, récemment , je suis devenu un associé actif sur un site de généalogie “ Luxroots “ ou j’encode des actes et participe aussi a ceux qui me le demande a les aider a faire leurs généalogie.

J’ai rencontré André Boucq, qui m’a aider dans mes démarches et j’ai rencontrer aussi Cédric “ Slasevit” qui sont devenus des amis au fils du temps et avec qui je correspond assez souvent.

Je me rend compte que j’ai oublié de te parler aussi des problèmes de santé de mon épouse qui se sont accumulé pendant la phase de diagnostique de ma maladie, mon épouse a du être opérer d’un cancer de la mâchoire, ont lui a enlever la partie droite et remplacé par l’os du péroné, elle a eu beaucoup de problème car une partie du greffon c’est nécrosé et avait beaucoup d’infection, elle a été opéré 3 fois en 4 mois, début de cette année, elle a été réopéré pour enlever des vis de la plaque qui maintient la mâchoire qui lui déchirais les tissus intérieur, la plaque continue a bouger et il va probablement falloir recommencer tout a zéro, enfin on verra !!.

 


sandrine